Côtes-d’Armor: Les élus se mobilisent pour les petits commerces

Depuis le début de la crise sanitaire et l’annonce du premier confinement en avril, les français
ne cessent de s’interroger sur les futures mesures que le gouvernement pourrait annoncer afin
de lutter contre la propagation du coronavirus. De nombreux français s’attendaient à un
second confinement et c’est ce qu’a confirmé le président Emmanuel Macron, lors de son
discours le 28 octobre. Le confinement déclaré par le gouvernement du 29 octobre au 1er
décembre 2020 semble plus allégé que le premier. Mais si certaines sorties et l’ouverture des
écoles sont tolérées, ce n’est pas le cas pour certains commerces jugés «non essentiels». En
Côtes-d’Armor les élus se sont mobilisés afin d’apporter leur soutien aux commerçants.

Des commerçants obligés de fermer une nouvelle fois : Des conséquences dramatiques ?
Comme lors du premier confinement, le président Emmanuel Macron a annoncé la fermeture de plusieurs commerces jugés non essentiels. Si les magasins d’alimentation, les bureaux de tabac, les pharmacies ou encore les lieux de cultes sont autorisés à rester ouverts, de nombreux commerces se voient dans l’obligation de fermer leur portes pendant la durée du confinement. En effet plusieurs commerçants ont vu leur établissements inscris sur la liste des commerces jugés «non essentiels» et ont donc été dans l’obligation de cesser leurs activités. Pour un bon nombre de commerçants cela signifie une probable faillite car la plus part d’entre eux ont déjà connu une fermeture et une baisse significative de leur chiffre d’affaire lors du premier confinement. Bien que des aides tel que le chômage partiel pour les salariés et les aides financières pour les entrepreneurs soient mises en place par l’état cela ne suffit pas à sauver les différents commerces contraint d’arrêter leurs activités plusieurs fois depuis le début de l’année 2020. Ces solutions semblent précaires pour les commerçants subissant les effets de ces confinements successifs. En Côtes-d’Armor de nombreuses mobilisations ont eu lieux de la part des commerçants mais pas uniquement…

Les élus se mobilisent : Une aide bien venue pour les commerces de proximités
Depuis l’annonce du second confinement de nombreux commerçants tentent de trouver une solution afin de maintenir une partie de leur chiffre d’affaire. Mécontents de devoir fermer leurs commerces une seconde fois, la mobilisation se fait de plus en plus forte afin que le gouvernement entende leurs revendications. En Côtes-d’Armor, les commerçants ne sont maintenant plus seul à se prononcer. En effet différents élus ont pris la parole et se sont mobilisés à leurs côtés. Nous assistons à une entraide de tous bords politiques confondus depuis l’annonce de la fermeture des commerces de proximités. En effet huit maires de communes différentes au sein des Côtesd’Armor ont écrit une lettre au Premier Ministre Jean Castex afin de mettre en avant les difficultés connues par les commerçants et l’inquiétude liée aux fermetures successives cette dernière année. Par cette lettre l’Association des maires et présidents de communautés de communes des Côtesd’Armor a fait connaître sa position concernant les commerces de proximités : ils souhaitent la réouverture et se sont vu soutenus par une lettre co-signées par le député d’Ile-et-Vilaine de six autres députés se montrant également favorables à la réouverture des commerces de proximités.

L’annonce du gouvernement : Une réponse qui ne convient pas
Plus d’une dizaine de maires et de députés des Côtes-d’Armor ont apportés leurs soutien aux commerçants en dénonçant également une concurrence déloyales. En effet, jusqu’ici les grandes surfaces étaient dans l’autorisation de garder ouvert leurs rayons de culture tandis que les librairies et autres commerces du même genre ce sont vu dans l’obligation de cesser leurs activités. Le gouvernement n’est pas resté muet face aux revendications des élus. Le vendredi soir suivant l’envoie des lettres des élus, le ministre de l’économie Bruno le Maire a annoncé la fermeture des différents rayons pouvant être jugé comme concurrent aux commerces fermés. Les grandes surfaces se sont donc vu dans l’obligation d’arrêter la vente de livres ou de vêtements afin de rendre plus juste la fermeture des commerces de proximités.

La mobilisation des élus des Côtes-d’Armor a pour but de permettre la réouverture des commerces de proximité. Ils ne revendiquent pas la fermeture des différents rayons présents dans les grandes surfaces mais demandent à comprendre pourquoi ces rayons pourraient rester ouverts contrairement aux différents commerces jugés non essentiels par le gouvernement. C’est suite à ces différentes revendications que Thierry Benoit, député d’Ile-et-Vilaine a déclaré que la réponse du gouvernement n’était pas suffisante car en plus de priver les citoyens de cultures et de divertissement, elle ne permettait pas d’aider les différents commerçants à maintenir leur chiffre d’affaire. Les différents élus des Côtes-d’Armor restent donc mobilisés dans l’attente d’une réponse plus favorable aux commerces de proximités.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *