Crise sanitaire : projet « Cultures communes en Côtes-d’Armor»

La crise sanitaire liée au coronavirus a rendu obligatoire la fermeture de nombreux
commerces jugés non essentiels par le gouvernement. Cela a d’abord eu lieu lors du premier
confinement en avril puis lors du second annoncé depuis le 28 octobre. Ces fermetures
successives mettent en péril la prospérité des commerces mais également les connaissances des
Français. En effet, en plus des écoles fermées lors du premier confinement, les lieux de culture
ne sont plus ouvert à la clientèle ce qui prive tout le monde de divertissement et
d’apprentissage. Les communes des Côtes-d’Armor se sont alliées lors du premier
confinement afin de lutter contre la perte de culture. Retour sur une initiative plus que bien
venue en cette période de lutte.

Les lieux de cultures déclinent
Depuis le début de la crise sanitaire de nombreux commerces connaissent des fermetures forcées afin de lutter contre la propagation du coronavirus, cela est notamment le cas des lieux de cultures. Les musées, les cinémas, les librairies et tout autres lieux de cultures ont été dans l’obligation de cesser leurs activités. En effet, les théâtres se sont vu dans l’obligation de reporter les spectacles prévus, les cinémas n’ont plus le droit d’ouvrir de salle dédiée à la diffusion de film, tout projet culturel est suspendu ou annulé. En plus de l’aspect économique particulièrement mis à mal par cette décision du gouvernement, le Conseil départemental des Côtes-d’Armor mets en avant le manque d’activités et d’aides concernant les artistes. Dès le premier confinement, le Conseil départemental à montrer le souhait de permettre aux français de retrouver un semblant de libertés et de divertissement lorsque les mesures ont été allégée.

Un projet qui respecte les règles sanitaires lors du premier confinement
Le Conseil départemental des Côtes-d’Armor a bien conscience de la gravité de la crise liée à la propagation du coronavirus. C’est pourquoi lors du premier confinement il propose une réouverture de la culture aux français tout en maintenant les distanciations sociales et les règles d’hygiènes. Il était question de permettre aux communes de monter un projet de culture de n’importe quel genre : spectacles vivants, arts visuels ou encore musique… Les projets devaient être envoyés au département des Côtes-d’Armor à Saint Brieuc par courrier ou bien par dossier numérique. Ces initiatives avaient permis aux artistes de continuer à créer du contenu et de se projeter dans la possibilité de reprendre leurs activités après le confinement.

Un second confinement qui pénalise à nouveau le secteur culturel
Cette initiative prise lors du premier confinement avait pour but de maintenir les activités culturelles et de soutenir les artistes. Cependant l’annonce du second confinement le 28 octobre a une nouvelle fois ébranlé le monde de la culture. En effet toutes les structures culturelles se sont vu dans l’obligation de fermer leurs portes une seconde fois. Si lors du premier confinement le projet «Culture commune en Côtes-d’Armor » avait été lancé, les artistes sont aujourd’hui en attente d’aide de la part du département. Les élus politiques de plusieurs communes des Côtes-d’Armor se sont mobilisés depuis l’annonce du second confinement afin de lutter contre la fermeture des lieux de culture. Malgré les initiatives annoncées lors du premier confinement et les différentes mobilisations de la part des habitants et des élus des Côtes-d’Armor, les propriétaires des lieux de cultures attendent toujours à l’heure actuelle l’annonce d’aides ou de programmes réservés au divertissement et l’apprentissage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *