Lannion: Nokia, un plan social qui ne satisfait pas

Nokia, la multinationale de télécommunication a basé une de ces filiales nommée à Lannion il
y a de cela plusieurs années. Cette entreprise à offert des postes à des centaines de personnes
en s’installant dans cette ville, une vraie opportunité autant pour le travail que pour le
développement de la commune. Cette filiale représente plus de 700 emplois actuellement, une
zone de travail non négligeable pour une petite ville comme Lannion. Cependant le géant de
l’industrie de télécommunication a annoncé un plan social visant à réduire le nombre de
salariés présents au sein de son entreprise. Un coup dur pour les employés de chez Nokia et les
habitants de la commune. Plaintes, manifestations et négociations, la bataille pour sauver les
salariés de Nokia fait rage et ne semble pas terminée.

Un plan social incompris
L’annonce du plan social de Nokia laisse tout le monde abasourdis. L’industrie souhaite réduire le nombre de salariés présents dans ses locaux, 1 233 suppressions en tout dont 402 rien que dans la filiale basée à Lannion. Le nombre d’employés serait alors réduits de plus de la moitié du nombre initial. Plus de 400 employés seraient alors sans emplois et contraints de chercher un nouveau moyen de subvenir à leurs besoins. Ce nombre conséquent ne peut être ignoré par les habitants de la ville de Lannion et déclenche le mécontentement au sein de l’entreprise mais également dans les rues. Et les raisons de cette colère ne cessent de se multiplier. Si en effet, l’annonce de la suppression d’emplois a été déplaisante, l’argent dépensé pour l’entretient du site fait aussi beaucoup parlé. Les locaux de la filiale sont quasiment neuf et entretenu régulièrement ce qui représente un coût important pour la commune. La suppression d’emplois est d’autant moins acceptable alors que les locaux sont neuf et que l’entreprise n’a pas cessé de recruter ces dernières années et cela jusqu’en décembre 2019. Les salariés ne s’attendaient donc pas à l’annonce du plan social de Nokia et restent dans l’incompréhension la plus totale.

La lutte contre la suppression d’emplois
Malgré l’annonce de la réduction de postes de Nokia, les salariés et les habitants de la commune ne semblent pas vouloir baisser les bras. En effet les mobilisations afin de dénoncer et montrer leur mécontentement ne cessent de se multiplier. Les salariés ont décidés de mettre en image la suppression d’emplois annoncée afin de faire connaître l’ampleur de cette décision. Après l’annulation du CSE devant se tenir à Lannion et son report à Paris, les salariés ont pris l’initiative, le 8 septembre dernier, d’accrocher 402 pancartes en cartons découpées en silhouettes humaines aux grilles de l’entreprise afin de symboliser les 402 emplois menacés. Cette initiative à ensuite laissée place à des manifestations dans la ville de Lannion afin d’apporter du soutien aux salariés de Nokia. Ils ont notamment pu compter sur l’aide du maire Paul Le Bihan, qui ne reste pas indifférent quant au plan social de Nokia. Il ne tolère pas la perte conséquente d’emplois que cela signifie et ne compte pas laisser à l’entreprise le choix de revoir son plan. C’est d’ailleurs après ces nombreuses preuves de soutien et de mécontentement de la part des salariés que Nokia a laissé entendre la possibilité d’infléchir son plan social.

Les propositions de Nokia pour infléchir son plan social
Les possibles inflexions annoncées par l’entreprise pourraient sauver 250 emplois qui ont été annoncés comme supprimables lors de l’annonce du plan social de Nokia. L’entreprise a annoncé qu’elle pourrait revoir la suppression de poste à la baisse en ouvrant un nouveau pôle de centre de cybersécurité à Lannion, ce qui nécessiterait de garder certains employés afin de faire tourner ce nouveau pôle. Cela n’étant pas suffisant pour maintenir 250 emplois, l’entreprise a également annoncé l’ouverture de tests sur la 5G qui pourrait donner lieu à de nouveaux emplois. Cependant ces inflexions ne suffisent pas à calmer la colère des employés et des habitants de la commune. En effet, cela ne leur semble être que des promesses à court terme. Car si Nokia promet de sauver un certain nombre d’emplois, il ne faut pas négliger le fait que les plans sociaux se poursuivent au sein de cette entreprise, quatre en cinq ans. Il ne faudrait donc pas longtemps à la multinationale avant d’annoncer un nouveau changement. Reste à attendre afin de voir les dernières propositions de Nokia et les réactions des salariés puisque même avec les inflexions proposés un bon nombre d’emplois restent supprimés.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *